Page:Mémoires de l’Académie des sciences, Tome 5.djvu/898

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
356
histoire de l’académie,

sa moelle épinière et avec son cerveau. À mesure qu’on les coupe, à mesure que l’on coupe à différentes hauteurs la moelle épinière, toutes les parties qui reçoivent leurs nerfs au-dessous de la troncature, perdent la faculté de donner de la douleur ou un sentiment quelconque à l’animal. Si l’on opère d’une manière inverse, et si l’on commence les piqûres par la surface des hémisphères du cerveau, si on les fait pénétrer jusque dans l’intérieur de ces hémisphères, on ne produit au contraire ni convulsions ni douleur, jusqu’à ce que l’on soit arrivé au même endroit où s’arrêtent les excitations, c’est-à-dire, à l’origine de la moelle allongée. On peut même enlever par couches successives les hémisphères, les corps cannelés, les couches optiques, le cervelet, sans produire de contraction ni de douleur, sans même contracter l’iris ni le paralyser. Ainsi le cerveau, quand on le pique ou qu’on l’entame, ne donne pas de sensations ; mais ce n’en est pas moins à lui que toutes les sensations du reste du corps doivent arriver pour prendre une forme distincte, pour être nettement perçues par l’animal, et pour laisser des traces et des souvenirs durables. M. Flourens le prouve particulièrement par rapport aux sens de la vue et de l’ouïe. Lorsqu’on enlève l’hémisphère d’un côté à un animal, il ne voit plus de l’œil du côté opposé, bien que l’iris de cet œil conserve sa mobilité ; si on enlève les deux hémisphères, il devient aveugle et n’entend plus. Un animal ainsi privé de ses hémisphères prend l’air d’être assoupi, il n’a plus de volonté par lui-même ; il ne se livre à aucun mouvement spontané : mais, quand on le frappe, quand on le pique, il affecte encore les allures d’un animal qui se réveille ; dans quelque position qu’on le place, il reprend l’équilibre ; si on le couche sur le dos, il se relève ; quand c’est une grenouille, elle saute si on la touche ; quand c’est un oiseau, il vole si on le jette en l’air ; si on lui verse de l’eau dans le bec il l’avale : mais c’est sans but que l’animal fait tous ces mouve-