Page:Mémoires de physique et de chimie de la Société d’Arcueil - Tome 1.djvu/147

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
132
Mémoire

les élémens de l’acide muriatique existent dans le gaz éthéré, combinés avec ceux de l’alcool, de la même manière que les élémens de l’eau, de l’acide carbonique et de l’ammoniaque, etc., existent dans les matières végétales et animales.

Mais si maintenant nous supposons que l’acide muriatique soit un être simple, ou si en admettant qu’il soit composé, nous supposons qu’il n’éprouve aucune espèce de décomposition dans la formation de l’éther muriatique, alors il faut nécessairement regarder le gaz éthéré comme formé d’acide muriatique et d’alcool, ou d’un corps provenant de la décomposition de l’alcool (car l’alcool est peut-être décomposé lorsqu’on le distille avec l’acide muriatique ; au reste c’est ce que nous verrons facilement plus tard).

Dans tous les cas, la question est donc ramenée à choisir entre ces trois hypothèses ; discutons-en la valeur autant qu’il nous sera possible.

Les deux dernières nous présentent des phénomènes très-difficiles à expliquer. En effet, il faudroit supposer que l’alcool ou le corps qui le représente, agit sur l’acide muriatique avec bien plus d’énergie que l’alcali le plus fort, puisque cet alcali ne peut pas le lui enlever,