Page:Mémoires de physique et de chimie de la Société d’Arcueil - Tome 1.djvu/16

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
3
magnétiques.

et qui les rend presque simultanées ; la grande étendue qu’elles embrassent, et, nous osons le dire, leur exactitude, nous font espérer qu’il les accueillera avec intérêt[1].

La boussole dont nous nous sommes servis pour déterminer les inclinaisons magnétiques est celle de Borda. Elle avoit été exécutée par M. Lenoir, pour l’expédition d’Entrecasteaux, et nous avoit été confiée par S. E. le ministre de la marine. Celle pour les oscillations horisontales consistoit en une aiguille aimantée, parallélogrammique, suspendue à un fil de soie plate. Une boîte, dont deux faces opposées étoient en verre, servoit à la garantir des agitations de l’air. La simplicité de cet instrument, la grande exactitude à laquelle on peut atteindre par son moyen, et la méthode due à Borda de conclure des oscillations de l’aiguille la force qui les produit, sont aujourd’hui connues de tout le monde. Il n’en est peut-être pas de même de la meilleure manière de déterminer pour un lieu l’inclinaison et l’intensité des forces magnétiques : les opinions ne nous paroissent pas encore fixées à cet

  1. Toutes nos observations ont été faites entre le 15 mars 1805 et le 1er mai 1806.