Page:Mémoires de physique et de chimie de la Société d’Arcueil - Tome 1.djvu/179

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
164
Combinaison du soufre

des faits, je commencerai par réunir dans une première partie de mon travail ceux qui peuvent spécialement l’éclaircir et fixer d’une manière précise l’idée qu’on doit se faire de la combinaison observée par M. Thomson. Je réserverai pour une seconde partie les expériences qui feront connoître plus particulièrement l’action de l’acide muriatique oxigéné sur le soufre, et les propriétés les plus remarquables des combinaisons qui en résultent.

PREMIÈRE PARTIE

Lorsque le courant d’acide muriatique oxigéné que l’on fait passer à travers les fleurs de soufre n’est pas trop rapide il est presqu’entièrement absorbé. D’abord la couleur du soufre acquiert plus d’intensité ; ensuite son volume diminue, principalement autour du tube, qui amène le gaz ; il se forme des gouttelettes de liqueur qui mouillent le soufre, l’agglutinent : alors le gaz s’échappant avec plus de difficulté, son absorption est plus complette et accompagnée d’un dégagement de chaleur assez considérable. Le soufre passe graduellement de l’état de pâte à celui d’un liquide d’abord jaune, mais qui,