Page:Mémoires de physique et de chimie de la Société d’Arcueil - Tome 1.djvu/207

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
192
Premier essai

le vide que laissoit la vapeur à mesure qu’elle étoit absorbée, j’ai ouvert la communication avec le récipient vide n°. 2. L’écoulement du gaz hydrogène a été instantané, comparativement à celui de l’air atmosphérique, et les variations de température ont été beaucoup plus considérables. L’ouverture de communication entre les deux ballons étoit restée la même pour les deux gaz, et en faisant attention à la grande différence de leurs pesanteurs spécifiques, il n’étoit pas difficile d’y reconnoître la vraie cause de l’inégalité des tems des écoulemens. Lorsqu’en effet deux fluides également comprimés s’échappent par deux petits orifices égaux, leurs vitesses sont en raison inverse de la racine carrée de leurs densités. Si donc on veut, dans nos expériences, que les tems des écoulemens soient égaux, il faudra que les orifices soient entre eux comme les racines carrées des densités.

M. Leslie, fondé sur ces considérations, en avoit conclu une méthode très-élégante pour déterminer les pesanteurs spécifiques des fluides élastiques. Qu’on conçoive une vessie pleine d’un gaz, et pouvant communiquer au moyen d’un robinet à très-petite ouverture, avec une cloche pleine d’eau et reposant sur un bain très-large