Page:Mémoires de physique et de chimie de la Société d’Arcueil - Tome 1.djvu/212

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
197
sur les gaz et la chaleur.

0,92 qu’a donné la première expérience, et leur différence est plus grande que celle qu’ont présentée les deux nombres correspondans 0°,34 et 0°,61 dans les expériences sur l’air atmosphérique ; ce qui me semble confirmer encore que c’est lorsque les variations de température sont très-grandes, que les erreurs sont aussi les plus fortes. Il me semble donc que lorsque le gaz hydrogène éprouve des variations de volume, par un accroissement ou par une diminution des poids qui le compriment, les variations de température qui en résultent suivent la même loi que celles dues à l’air atmosphérique, mais qu’elles sont beaucoup plus considérables.

Je ferai remarquer à cette occasion que M. Leslie, dont l’ouvrage sur la chaleur renferme de très-belles expériences et beaucoup de vues nouvelles, a été induit en erreur par quelque cause particulière lorsqu’il a vu le gaz hydrogène qu’il faisoit entrer dans un récipient vide à un dixième près d’air atmosphérique, produire le même effet que ce dernier quand il le lui substituoit. Nous venons de voir que les variations de température que produisent ces deux fluides élastiques sont très-différentes, et que par conséquent la conclusion qu’il avoit