Page:Mémoires de physique et de chimie de la Société d’Arcueil - Tome 1.djvu/235

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
220
Sur la décomposition

qu’on peut préparer facilement le premier de ces sels en calcinant au rouge l’oxide noir de manganèse, car après cette calcination il se dissout très-bien dans l’acide sulfurique.

Quand on fait agir l’acide sulfurique concentré sur l’étain, l’antimoine et le bismuth, il se fait deux combinaisons. L’une qui est très-soluble, retient beaucoup d’acide et très-peu d’oxide ; l’autre, au contraire, est formée de beaucoup plus d’oxide que d’acide et a peu de solubilité.

Si on distille la première de ces combinaisons, l’acide sulfurique se volatilise comme s’il était seul ; mais si on distille la seconde, dans laquelle l’acide sulfurique est retenu avec plus de force, on obtient du gaz oxigène et du gaz sulfureux.

Les sels qui ont été examinés jusqu’à présent ont donné des produits différens suivant la force avec laquelle l’acide sulfurique s’y trouve combiné. Quand il est retenu foiblement, et qu’il n’a éprouvé aucune condensation, il se volatilise par la chaleur comme s’il étoit seul, sans se décomposer. S’il est retenu avec plus de force, une partie seulement échappe à la décomposition, et l’autre se change en gaz oxigène et en gaz acide sulfureux. Les sulfates