Page:Mémoires de physique et de chimie de la Société d’Arcueil - Tome 1.djvu/286

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
271
dans la vessie des poissons.

tains tems les mêmes espèces à s’approcher ou à s’éloigner des terres, et par conséquent à vivre à des profondeurs diverses ; dans ce cas le volume de l’air contenu dans la vessie natatoire doit changer ; mais la nature de cet air change-t-elle aussi ? et est-elle la même pour un même individu dans les différens âges ? Enfin on sait que certains poissons peuvent chasser à volonté une portion de l’air contenu dans leur vessie natatoire au moyen d’un canal excréteur, qui dans certaines espèces est très-considérable. Ce canal existe-t-il dans toutes les espèces ou est-il insuffisant dans quelques-unes, et ne permet-il point l’exclusion mécanique de l’air, ou au moins ne la permet-il que peu-à-peu ? C’est ce qui semble devoir être, d’après les faits que j’ai rapportés ; mais ce sont des particularités que de nouvelles observations

    rence de la pureté de l’air dans des individus de différentes et de mêmes espèces de poissons provient de l’âge, de leur habitation plus ou moins profonde, etc., etc. »

    M. Théodore de Saussure a bien voulu me promettre aussi de faire des observations analogues sur les poissons que l’on prend dans les endroits très-profonds du lac de Genève ; j’attends avec le plus vif intérêt le résultat des expériences d’un si habile observateur.