Page:Mémoires de physique et de chimie de la Société d’Arcueil - Tome 1.djvu/312

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
297
d’un manomètre.

celle-ci le change en acide carbonique en lui cédant du carbone : en même tems sans doute, il se forme de l’eau par l’union intime de l’oxigène et de l’hydrogène qui existoient dans la substance, qui devient par là plus charbonnée, et c’est par ces effets que l’on doit expliquer les altérations qu’elle subit dans ses propriétés.

Alors cette dissolution ne donne qu’un précipité fauve avec le nitro-muriate d’étain, au lieu d’un précipité rouge vif ; un précipité olivâtre avec la dissolution de fer très-oxidé, au lieu d’un précipité noir-bleuâtre ; un précipité rouge fauve avec le muriate du cuivre, au lieu d’un précipité bleu.

On voit par là que dans l’application aux arts, on peut obtenir du campêche une couleur différente, selon le vase dans lequel on fait la décoction ; que l’action de l’air, au moins, lorsqu’elle est trop prolongée, la dénature et la décompose ; en sorte que cette décoction que l’on conserve sous le nom de jus de campêche, peut être détériorée, si on lui laisse subir sans précaution l’action de l’air.

On a obtenu des résultats qui diffèrent des deux précédens, en soumettant la noix de galles à l’épreuve du manomètre, dans la vue d’examiner ce qui se passoit dans le développement