Page:Mémoires de physique et de chimie de la Société d’Arcueil - Tome 1.djvu/333

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
318
Recherches sur l’action

dépendent, telles que la tension, la pesanteur spécifique, etc.

Les expériences que je viens de rapporter offrent encore une grande analogie entre la distillation du liquide qui résulte de la combinaison du soufre avec l’hydrogène, et celle de quelques liquides composés d’hydrogène et de carbone. Dans l’une et dans l’autre la première action de la chaleur est de séparer des produits gazeux, et ensuite des produits de moins en moins volatils à mesure que la substance soumise à la distillation s’approche elle-même de l’état solide, et, cet effet même est une conséquence de la nature de ces composés.

Je reviens aux produits de l’expérience dans laquelle on obtient le soufre hydrogéné. J’ai dit que, outre les gaz et le liquide, il sortoit aussi du tube incandescent du soufre qui se solidifioit en refroidissant. Ce soufre a un aspect différent de celui qui a été simplement fondu ; on sait que celui-ci, même refroidi rapidement, conserve dans sa cassure une tendance à former des aiguilles. Celui qui a passé sur le charbon affecte une disposition différente : il est lamelleux, léger, boursoufflé, d’une couleur jaune quelquefois dorée ; nouvellement sorti de l’appareil, il a l’odeur du soufre hydrogéné, et