Page:Mémoires de physique et de chimie de la Société d’Arcueil - Tome 1.djvu/64

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
49
sur la bile.

soude, du muriate et du sulfate de soude, du phosphate de chaux et de l’oxide de fer. D’une autre part, les acides n’y produisent qu’un léger précipité formé, sans doute, de matière jaune et de quelques traces de résine ; l’acétate de plomb avec un léger excès d’oxide en précipite au contraire une assez grande quantité de résine ; et alors, lorsqu’après avoir filtré la liqueur et en avoir séparé le plomb par l’hydrogène sulfuré, on l’évapore, on obtient pour résidu beaucoup de picromel mêlé avec une petite quantité d’acétate de soude.

J’espérois encore, mais en vain, rencontrer dans la bile de porc les mêmes principes que dans la bile de bœuf, et particulièrement du picromel. Cette sorte de bile n’est véritablement qu’un savon ; on n’y trouve ni matière albumineuse, ni matière animale, ni picromel ; elle ne contint que de la résine en très-grande quantité, de la soude et quelques sels dont je n’ai point cru devoir rechercher la nature : aussi est-elle subitement et entièrement décomposée par les acides et même par le vinaigre.

Quoique la hile des oiseaux ait une grande analogie avec la bile des quadrupèdes, cependant elle en diffère essentiellement sous les rapports suivans : 1°. elle contient une grande