Page:Mémoires de physique et de chimie de la Société d’Arcueil - Tome 2.djvu/162

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
156
Sur une propriété

d’incidence dont je viens de parler est celui sous lequel un rayon réfléchi à la première surface, auroit acquis la propriété de se diviser en deux faisceaux ou en un seul, comme cela a lieu à la surface de tout autre corps diaphane. Le phénomène précédent se lie facilement à l’expérience dans laquelle nous avons pris l’eau pour exemple ; car si on fait tomber sur la surface du rhomboïde et sous l’angle d’environ 56° 30′, un rayon disposé à ne se réfracter qu’en un seul faisceau extraordinaire, ce rayon ne produit pas de réflexion partielle à la première surface, ce qui semble expliquer pourquoi il n’en produit pas à la seconde.

Cependant, il n’en est pas de même lorsque le plan d’incidence fait un angle sensible avec la section principale. Si on fait tomber dans ce plan et sous l’angle d’environ 56° 30′, le rayon dont nous venons de parler, il se comporte à la première surface comme dans le cas précédent ; il la traverse sans se réfléchir, mais à la seconde surface il est réfléchi en deux faisceaux qui parviennent à leur maximum d’intensité lorsque le plan d’incidence est perpendiculaire à la section principale.