Page:Ménard - Du polythéisme hellénique, 1863.djvu/289

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


CHAPITRE II

LES ORACLES


La mantique, ou divination, forme une partie importante de la religion hellénique. Comme toutes les autres branches de cette religion, elle a changé plusieurs fois de caractère ; elle a traversé successivement plusieurs phases qui correspondent au développement et à la décadence de la nation grecque elle-même. Tout ce qu’on sait de l’oracle de Dodone, le plus ancien des oracles de la Grèce, prouve que la mantique n’était à l’origine qu’une météorologie instinctive. Pour connaître d’avance les changements du temps, il fallait observer le ciel, ou, pour parler la langue mythologique, il fallait consulter Zeus, le foudroyant, l’assembleur de nuages, le maître de l’égide, c’est-à-dire celui qui tient la tempête. La réponse du dieu, on la trouvait dans le mouvement des feuilles agitées par le vent. C’est ainsi qu’on pouvait, selon l’expression d’Homère, « apprendre les projets de Zeus d’après la haute cime des chênes. » Outre les arbres prophétiques de Dodone, on interrogeait les colombes noires qui en habitaient les branches. L’instinct des animaux est quelquefois plus sûr que l’intelligence de l’homme ; plongés dans la vie universelle, ils en observent les lois sans les discuter. Quoi de plus naturel que de suivre