Page:Mérédac - Des histoires, 1932.djvu/64

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

DES HISTOIRES

mais aujourd’hui !

Monsieur Timothée soupesait le volume, le palpait, humait l’odeur un peu acide de l’encre encore fraîche. Il se demandait : « Combien ça peut bien coûter, de faire imprimer un bouquin comme ça ? » mais n’osait poser la question.

Sa fille avait hâte de saisir à son tour l’objet concret, de le manier : — un livre, oui, comme pourrait être le livre de Père. Des curiosités la brûlaient. Est-ce que Monsieur Briole en avait vendu beaucoup ? Ce roman était-il aussi beau que celui de Père ?… Aussi bien, peut-être ; mais sûrement pas mieux. Ça, ce serait difficile. Elle avait guigné le titre : Bonheurs Simples. Ça ne lui disait pas grand chose.

Enfin Monsieur Timothée lui passa le livre. Ils échangèrent un regard de connivence : « À quand notre tour, hein ? » Pendant que Père achevait de remercier Briole, Mademoiselle Angéline examinait

58