Page:Mac-Nab - Chansons du Chat noir, Heugel.djvu/101

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Chansons-du-chat-noir-p97.png

Garde-toi de mettre en gage
Ce souvenir précieux,
Car c’est l’unique héritage,
Que m’aient laissé mes aïeux ! »

Quand il eut coiffé le feutre
Le pauvre tremblait encor :
« Ah, dit l’ saint, quoi donc lui feutre,
Pour l’arracher à la mort ?