Page:Mac-Nab - Chansons du Chat noir, Heugel.djvu/11

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



MAURICE MAC-NAB


Né à Vierzon le 4 janvier 1856, Mac-Nab est mort à l’âge de trente-deux ans.


C’était un poète masculin singulier. On l’a défini aussi : un binocle dans de la barbe, et enfin : un gentilhomme écossais qui a une figure en bois, une voix en bois et qui se moque du clan dira-t-on.

Mac-Nab n’avait que trois gestes, de même qu’il n’avait que trois notes dans la voix ; mais quels gestes ! mais quelles notes ! l’effet était irrésistible, sans qu’il se déridât lui-même. Chaque fois qu’il ouvrait la bouche pour réciter ses vers, il avait l’air de prononcer une oraison funèbre.



Mac-Nab a fait ses premières armes aux réunions des Hydropathes qui prirent plus tard le nom d’Hirsutes. C’est là qu’il débita pour la première fois sa fameuse ballade des