Page:Mac-Nab - Chansons du Chat noir, Heugel.djvu/112

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Depuis c’ jour-là je m’ méfie
Et, chaqu’ soir, de huit à neuf,
J’ m’en vais sans cérémonie
Tirer ma coup’ sous l’ Pont-Neuf !