Page:Mac-Nab - Chansons du Chat noir, Heugel.djvu/91

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Le commissaire sur la place
Descendit, c’était son devoir.
D’un coup d’œil embrassant l’espace,
Il cria de tout son pouvoir :
« Un jeune homme vient de se pendre.
Villageois, debout, courez fort,
Emportons de quoi le dépendre,
Peut-être bien qu’il n’est pas mort ! »

Chansons-du-chat-noir-p87.png

Vers le bois on arrive en troupe,
On s’arrête en soufflant un peu,
On saisit la corde, on la coupe.
Le cadavre était déjà bleu !
Sur l’herbe foulée on le couche.
Un vieux s’approche et dit : « D’abord
Soufflez-lui de l’air dans la bouche,
C’est pas possible qu’il soit mort ! »

Les amis pensaient : « Est-ce drôle
De se faire périr ainsi ! »