Page:Mac Orlan - Le Chant de l’équipage.djvu/7

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


À CHARLES MALEXIS,


En témoignage de grande amitié.