Page:Magnan - Le Docteur Joseph Painchaud, 1919.djvu/4

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 2 —

président, M. Chs-Maxime Defoy ; trésorier, M. Robert Jellard ; secrétaire. M. Ferdinand Bélanger.

Le 26, plusieurs autres notables de l’époque firent ajouter leurs noms à la liste des membres de la Conférence Notre-Dame. Voici leurs noms : le juge Phil. Panet, le Dr Jos. Painchaud, père : le Dr Jos. Painchaud, fils ; M. Thomas Pope, avocat, qui fut maire de Québec ; M. P.-J.-O. Chauveau, qui devait devenir Surintendant de l’Éducation, Premier Ministre de sa province, président du Sénat ; Octave Crémazie, notre illustre poète national.

La Conférence Notre-Dame adopta dès le début de son existence, comme œuvre première et fondamentale, la visite des pauvres à domicile. Elle se préoccupa aussi de l’éducation des enfants pauvres, car dès le 18 décembre 1846, M. Légaré, fils de Joseph Légaré, fut nommé patron des écoliers protégés par la Conférence.

Le procès-verbal du 15 janvier 1847 dit : « M. Painchaud suggère l’organisation d’un Conseil, vu que plusieurs Conférences sont maintenant régulièrement établies. » À la séance du 22, cette proposition fut adoptée et le 7 du mois suivant le Conseil particulier de Québec se réunissait pour la première fois.

Les progrès de la Société de Saint-Vincent de Paul à Québec avaient été tels que trois mois à peine après son établissement, il y avait sept Conférences en activité dans cette ville et unies entre elles par un Conseil particulier.


LE DOCTEUR PAINCHAUD


Quelle influence active et bienfaisante avait donc opéré ce travail considérable, et cela sans bruit, avec tact, délicatesse et humilité ?

Cette noble et opportune tâche de l’établissement de l’admirable Société de Saint-Vincent de Paul dans la capitale du Canada français, ce fut un tout jeune homme de vingt-sept ans qui la réalisa, un jeune médecin, ancien élève du Petit Séminaire, appartenant à l’une des familles les plus distinguées de Québec à cette époque, j’ai nommé le docteur Joseph Painchaud, fils.