Page:Malato - Philosophie de l'Anarchie, Stock, 1897.djvu/148

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


de ces impedimenta qui embarrassent la marche des armées et font perdre la bataille ; d’ailleurs, grâce aux procédés chimiques qui permettent de concentrer sous un volume réduit une grande quantité de nourriture, les combattants pourront emporter des vivres pour plusieurs jours.

La centralisation peut être une nécessité du moment, toutefois, il faut s’en défier : elle s’approprie plus à l’agression qu’à la défense. Elle expose en une fois les forces d’un peuple et retire toute la vie du pays pour la porter à un moment donné sur tel ou tel point : si l’effort suprême échoue, tout est perdu.

Tandis que les vices de la centralisation au triple point de vue militaire, administratif et politique nous apparaissent d’une manière frappante dans l’histoire avec l’empire romain ouvert aux barbares, celui de Charlemagne croulant par son étendue, l’Espagne incapable de défendre ou de reconquérir ses colonies, l’Autriche tiraillée entre ses sujets latins, tchèques, slaves, magyars,