Page:Malato - Philosophie de l'Anarchie, Stock, 1897.djvu/197

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


gravent sur leurs instruments de corne l’image des mammouths et des rennes.

Les habitudes sont devenues des lois et les lois, partout, consacrent l’empire de la force ; la femme sera la propriété de son mari parce qu’elle est plus faible que lui ; la même disposition subsiste chez les sauvages australiens et dans le droit romain qui nous régit encore.

La plupart des lois sont la consécration de vieilles habitudes : les habitudes du passé ne peuvent convenir à l’avenir : donc plus de lois.

Cette brute, qui nous lègue des lois, se crée et nous crée aussi une religion. Ignorant la physique comme tout le reste, elle invente un dieu par peur du tonnerre. Et des intrigants, des astucieux, des poètes font parler ce dieu, s’en emparent pour créer leur domination : origine des castes. La première idée métaphysique fut la destruction de l’égalité humaine.

Cela est si vrai que tous les grands mouvements sociaux donnant des résultats éman-