Page:Malato - Philosophie de l'Anarchie, Stock, 1897.djvu/220

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ter la température sur un parcours de plusieurs centaines de mille. Qui peut dire que le courant chaud du Gulf Stream ne servira pas à revivifier les côtes de l’hémisphère boréal, tandis que la création d’une mer intérieure au Sahara tempérait les chaleurs de l’Afrique centrale ? Le problème de la direction des aérostats, sinon résolu du moins bien près de l’être, réduira les explorations, aujourd’hui encore si périlleuses, à de simples promenades.

De la fusion de tous les peuples, sortira vraisemblablement, dans un nombre de siècles qu’on ne peut déterminer, une race unifiée, résumant les principaux caractères de celles qui auront servi à la constituer. Cette race, qui sera la race humaine tout simplement, différera de nous plus encore que nous ne différons de nos sauvages ancêtres de l’âge de pierre. Nul ne peut assigner des limites au progrès ; qui dit que l’humanité n’acquerra pas de nouveaux sens ?

Bien plus, on peut se demander si, dès maintenant, un sixième sens n’est pas en