Page:Malato - Philosophie de l'Anarchie, Stock, 1897.djvu/230

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tion, stimulerait l’activité des populations nègres et, multipliant la main d’œuvre, porterait le coup mortel à l’esclavage. Le sang ardent des Africains revivifierait la race asiatique.

Nul doute que, pendant longtemps encore, l’initiative et la direction des grands mouvements sociaux, direction non plus égoïste, non plus autoritaire, mais morale, mais fraternelle, resteront aux Ariens, représentés surtout par les éléments latins, saxons et slaves. Deux ou trois siècles de relations et de croisements sont nécessaires pour amener des races que nous n’avons pas le droit d’assassiner, à se fondre sans péril dans l’unique race humaine.

Libre, désormais, pacifiée et unie, l’humanité poursuivra sa marche vers le progrès sans limites, comme pour justifier cette fière parole d’un philosophe : « Les hommes descendent des animaux et doivent devenir des dieux. »