Page:Malato - Philosophie de l'Anarchie, Stock, 1897.djvu/267

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


nera cette heure ? C’est ce qu’on ne peut prédire d’une façon positive ; peut-être cependant est-il possible de déterminer approximativement quelles catégories d’événements peuvent produire le choc attendu.

Les révolutions qui, aux différentes époques de l’histoire, ont secoué les sociétés ont été tantôt politiques, tantôt économiques, ou religieuses. Le bas-empire fut même, à plusieurs reprises, bouleversé pour des questions de moindre importance : la victoire des bleus ou des verts aux courses des cirques soulevait la foule byzantine, badaude, et imbécilement disputeuse. Les révoltes du moyen-âge, époque de foi vive et d’âpres souffrances, furent mi-sociales mi-religieuses ; la révolution anglaise, d’où naquit la puissance de la bourgeoisie puritaine, s’opéra au nom de la Bible ; la révolution française, au contraire, fut avant tout politique.

Or, il est facile de voir par l’idée dominante de tout notre siècle et les tendances populaires, parfois latentes, parfois affir-