Page:Malato - Philosophie de l'Anarchie, Stock, 1897.djvu/299

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


économique — les exploitations juive, chrétienne ou athée se valant — qu’un retour déguisé à l’obscurantisme passé, aux haines de races, aux guerres religieuses nécessaires pour consolider l’autorité. Une propagande soutenue en ce sens commença, en même temps que quelques ecclésiastiques, pressentant le futur rôle des groupements économiques, s’efforçaient de constituer des cercles ouvriers, des associations coopératives et des syndicats à leur dévotion.

On aurait eu ainsi, un jour, non plus le libre groupement des travailleurs émancipés moralement et matériellement, mais l’analogue des corporations du moyen-âge, massives et hiérarchisées.

Peu à peu, une réaction de l’esprit s’opérait. Certaines grossièretés de la littérature naturaliste avaient réveillé le besoin d’idéal, mais sous une forme exacerbée, maladive ; la science, dont les progrès en un siècle ont été si prodigieux, n’avait pu, cependant, tout expliquer ; en outre, grief