Page:Mallarmé-Whistler - Le Ten O’Clock RI.djvu/7

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


fut inondé de tout ce qui était beau, jusqu’à ce que se leva une classe nouvelle qui découvrit le bon marché et prévit la fortune dans la fabrication du feint.

Alors jaillirent à l’existence le clinquant, le commun, la camelotte.

Le goût du commerçant supplanta la science de l’artiste, et ce qui était né de mille et mille leur retourna, et les charma, car c’était d’après leur propre cœur ; et les grands et les petits, l’homme d’état et l’esclave, prirent pour eux l’abomination offerte et la préférèrent — et ont vécu avec, toujours, depuis lors !

Et l’occupation de l’artiste s’en allait, et le manufacturier et le détaillant prirent sa place.

Et hors des cruches les héros versèrent et burent aux coupes — avec connaissance de cause — notant l’éclat du neuf objet de parade et mettant un orgueil en sa valeur.

Et le peuple — maintenant — eut beaucoup à dire en cette affaire et chacun fut satisfait. Et Birmingham et Manchester se levèrent en leur puissance — et l’art fut relégué dans la boutique de bric-à-brac.