Page:Mallarmé - Œuvres complètes, 1951.djvu/14

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


des Contes inédits d’Edgar Poe, traduction de W. J. Hughes (Dentu, éditeur). ■— Juin : Nuina Mallarmé demande sa retraite de conservateur des hypothèques à Sens. Stéphane Mallarmé reçoit la photographie d’Henri Cazalis. —Il fait la cour à «une gentille allemande », Maria Gerhard, demoiselle de compagnie chez les Libert des Presles, à Sens. — Juillet : Collaboration au Journal des Baigneurs de Dieppe. — Août : Le colonel Auguste Margueritte, en garnison à Carcassonne, désigné pour partir pour le Mexique, vient à Sens confier pour quelques semaines à Numa Mallarmé, sa femme et son fils Paul âgé de deux ans, et leur fait ses adieux. — Parution d’Isis de Villiers de l’isle Adam. — 30 septembre : Mallarmé reçoit une première lettre d’Albert Glatigny. — Octobre : Mallarmé passe quelques jours à Versailles et à Paris. — 8 novembre : Départ pour Londres, par Boulogne. S’installe avec Maria Gerhard, 9, Panton Square. —- Décembre : Difficultés avec Maria Gerhard. 1863. — 18 mars : Majorité de Stéphane Mallarmé. — 26 mars : Lettre du chevalier de Châtelain (Londres) à Baudelaire, où il fait allusion à Mallarmé. — Avril : Henri Cazalis, qui fait son droit à Strasbourg, lui conseille d’aller faire des conférences en Suisse. Mallarmé à Versailles et à Sens. Il achète les Poésies Nouvelles de Théophile Gautier qui viennent de paraître chez Charpentier. — 12 avril : Mort de Numa Mallarmé, père du poète. — Avril : Mallarmé retourne à Londres par Anvers. Il traduit des poèmes d’Edgar Poe. — 10 août : Mariage d’Étienne Mallarmé avec Maria Christina Gerhard. — Ier septembre : Une fête chey Gautier, par Théodore de Banville (Rimes dorées). — 17 septembre : Mallarmé obtient le certificat d’aptitude pour l’enseignement de l’anglais. — 7 novembre : Il est désigné comme suppléant et chargé de cours d’anglais au lycée de Tournon (Ardèche) à partir du 23 novembre.

— 6 décembre : Il arrive à Tournon avec Mme Mallarmé et s’installe 19 rue Bourbon.

1864. — Janvier : Il reçoit des lettres de Glatigny et d’Émile Deschamps. Correspondance suivie avec Lefébure et Cazalis.

— Février : Emmanuel des Essarts est nommé professeur de rhétorique au lycée d’Avignon. Lettre d’Armand Renaud à Mallarmé. — Avril : Em. des Essarts vient voir Mallarmé à Tournon ; Albert Glatigny fait chez lui un séjour de deux ou trois semaines. — 16 avril : Baudelaire s’installe à Bruxelles. — Mai : Lettre de Théodore de Banville à Mallarmé. — Poèmes et Poésies de Léon Dierx paraissent chez Saussct, éd., Paris. — 2 juillet : Glatigny publie dans la Semaine de Vichy les deux premiers poèmes en prose de Mallarmé. Mallarmé se rend à Avignon où il fait, sur la recommandation de des Essarts, la connaissance de Théodore Aubanel, et d’un autre félibre, Jean Brunet. — Début d’août : Il retourne à Avignon et y fait la connaissance de Frédéric Mistral. Il se rend à la Grande Chartreuse. Lettre d’Albert Glatigny, de Hambourg. ■— Septembre : Séjour à Boisramart (Yonne) chez le grand-père