Page:Mallarmé - Poésies, 1914, 8e éd.djvu/109

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée



O très chers rencontrés en le jamais banal
Bruges multipliant l’aube au défunt canal
Avec la promenade éparse de maint cygne

Quand solennellement cette cité m’apprit
Lesquels entre ses fils un autre vol désigne
A prompte irradier ainsi qu’aile l’esprit.