Page:Mallarmé - Poésies, 1914, 8e éd.djvu/119

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
113
RONDELS



II



Si tu veux nous nous aimerons
Avec tes lèvres sans le dire
Cette rose ne l’interromps
Qu’à verser un silence pire

Jamais de chants ne lancent prompts
Le scintillement du sourire
Si tu veux nous nous aimerons
Avec tes lèvres sans le dire

Muet muet entre les ronds
Sylphe dans la pourpre d’empire
Un baiser flambant se déchire
Jusqu’aux pointes des ailerons
Si tu veux nous nous aimerons