Page:Mallarmé - Poésies, 1914, 8e éd.djvu/122

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée





PETIT AIR



II



Indomptablement a dû
Comme mon espoir s’y lance
Éclater là-haut perdu
Avec furie et silence,

Voix étrangère au bosquet
Ou par nul écho suivie,
L’oiseau qu’on n’ouït jamais
Une autre fois en la vie.