Page:Mallarmé - Poésies, 1914, 8e éd.djvu/130

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée





Le vierge, le vivace et le bel aujourd’hui
Va-t-il nous déchirer avec un coup d’aile ivre
Ce lac dur oublié que hante sous le givre
Le transparent glacier des vols qui n’ont pas fui !

Un cygne d’autrefois se souvient que c’est lui
Magnifique mais qui sans espoir se délivre
Pour n’avoir pas chanté la région où vivre
Quand du stérile hiver a resplendi l’ennui.