Page:Mallarmé - Poésies, 1914, 8e éd.djvu/135

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée



Mais proche la croisée au nord vacante, un or
Agonise selon peut-être le décor
Des licornes ruant du feu contre une nixe,

Elle, défunte nue en le miroir, encor
Que, dans l’oubli fermé par le cadre, se fixe
De scintillations sitôt le septuor.