Page:Marco Polo - Le Devisement du monde, 1556.djvu/244

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée




Des deux isles esquelles les hommes & les fem-
mes vivent a part & separément.
Chap.   XXXVII.



Oultre le royaume de Resmacoram, tirant en pleine mer vers Midy environ deux cens lieuës, se descouvrent deux isles voysines l’une de l’autre, a distance seulement de dix lieuës. En l’une desquelles habitent les hommes sans aucunes femmes, pour ceste cause est appellée l’isle Virile ou Masculine. En l’autre resident les femmes sans aucuns hommes, au moyen dequoy est aussi appellée l’isle Feminine : & sont Chrestiens observans le sacrement de mariage : toutesfois les femmes n’entrent jamais en l’isle des hommes, mais les hommes vont visiter leurs femmes & demeurent avec elles en leur isle par trois moys entiers & continuelz se retirans chacun avec sa femme & en sa maison particuliere : apres lesquelz trois moys passez les hommes retournent en leur isle ou ilz resident le surplus de l’année. Or les femmes qui conçoyvent retiennent avec elles les enfans masles jusques a l’aage de quatorze ans, apres lequel advenu, elles les envoyent vers leurs peres. Les femmes n’ont autres oing & charge que de nourrir & entretenir les enfans, & recueillir quelques fruictz qui proviennent naturellement en leur isle. Mais les hommes travaillent & ont le soing de donner ordre pour les alimens & nourriture de leurs femmes