Page:Marie de France - Poésies, éd. Roquefort, II, 1820.djvu/293

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
273
DE MARIE DE FRANCE.

Selunc iceste mesestance,
[a]Tel amur è tel bienwollanche,100
Cum entre nus devuns aveir.
Sanz malfaire et sanz malvoleir
Otrei-jeo bien que nus aïons [1]
[b]Si que jamès ne nus voions.

MORALITÉ.

Ensi est suvent avenu,
De plusurs Fames en est sçu,
Qi si cunseillent lur Seignour
Qi plus lur vient à deshounour.
Mainte Feme consselle à feire
[c]Ce dunt miex li vausist retreire [2] ;110
Li sages Hum ne deit entendre
A fole Fame cunseil prendre,
Cume cil fist à sa Vilaine,
Dunt il ot puis travoil è paine ;
Moult éust avoir gaaignié
Sel’ ne l’eust si desconsellié [3].


  1. Je pense que nous ne devons plus nous voir, et même que nous n’ayons à l’avenir aucune relation ensemble.
  2. Discontinuer, s’abstenir, abandonner, retrahere.
  3. Donné de si mauvais conseils.
  1. Tel hennor et tel remembrance.

  2. Si que nous nous entrevoions.

  3. Dont mainte gent vient à contraire.