Page:Marivaux - Œuvres complètes, édition Duviquet, 1825, tome 2.djvu/508

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
498
LES ACTEURS DE BONNE FOI ,


LISETTE

Je ne dis mot, mais je n’en pense pas moins. Quoiqu’il en soit, allons notre chemin, pour ne pas risquer notre argent.


MERLIN, recommençant la scène.

Vous ne vous souciez donc pas de Blaise, Colette, puisqu’il n’y a que vos parens qui veulent que vous l’épousiez ?


COLETTE

Non, il ne me revient point ; et si je pouvais, par queuque manigance, m’empêcher de l’avoir pour mon homme, je serais bientôt quitte de li ; car il est si sot !


BLAISE, interrompant, assis.

Morgué ! velà une vilaine comédie !


MERLIN

(À Blaise.) Paix donc ! (À Colette.) Vous n’avez qu’à dire à vos parens que vous ne l’aimez pas.


COLETTE

Bon ! je li ai bien dit à li-même, et tout ça n’y fait rien.


BLAISE, se levant pour interrompre.

C’est la vérité qu’alle me l’a dit.


COLETTE, continuant.

Mais, Monsieur Merlin, si vous me demandiais en mariage, peut-être que vous m’auriais ? Seriais-vous fâché de m’avoir pour femme ?


MERLIN

J’en serais ravi ; mais il faut s’y prendre adroite-