Page:Marivaux - Œuvres complètes, édition Duviquet, 1825, tome 3.djvu/435

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
425
SUR LA FAUSSE SUIVANTE.

tout le comique de cet imbroglio, peu digne, sous tous les rapports, de l’esprit fin et délicat de Marivaux. La première scène est excellente ; tout le reste est obscur, indécent et forcé. La pièce réussit néanmoins dans la nouveauté, probablement par les causes mêmes qui auraient dû la faire tomber. Elle eut douze représentations. Les divertissemens, qui ne valent pas mieux que la pièce, sont de Parfaict aîné, l’un des auteurs de L’Histoire du Théâtre-Français.