Page:Marivaux - Œuvres complètes, édition Duviquet, 1825, tome 3.djvu/556

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

PREMIER COUPLET.

Jurer d’aimer toute sa vie,
N’est pas un rigoureux tourment.
Savez-vous ce qu’il signifie ?
Ce n’est ni Philis, ni Silvie,
Que l’on doit aimer constamment ;
C’est l’objet qui nous fait envie.


DEUXIEME COUPLET.

Amants, si votre caractère,
Tel qu’il est, se montrait à nous,
Quel parti prendre, et comment faire ?
Le célibat est bien austère ;
Faudrait-il se passer d’époux ?
Mais il nous est trop nécessaire.


TROISIEME COUPLET.

Mesdames, vous allez conclure
Que tous les hommes sont maudits ;
Mais doucement et point d’injure ;
Quand nous ferons votre peinture,
Elle est, je vous en avertis,
Cent fois plus drôle, je vous jure.