Page:Marsollier et Chazet - Le joueur d'échecs, vaudeville en un acte, 1801.djvu/4

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

des modèles. Mais voici le valet du père d’Isabelle ; il ne peut être qu’un nigaud. Je pars de là, et je lui dis :



Scène II.

SCAPIN, NIGAUDIN.

SCAPIN, baragouinant l’italien.

C’est-il à monsu Nigaudin que je me fais l’honor de parler ?


NIGAUDIN.

À moi-même, monsieur, qui me fais de réciproque, l’honneur de vous répondre.


SCAPIN.

Vous êtes, si je ne me trompe, l’excellente servitour dello padrono ?


NIGAUDIN.

Monsieur, ça se peut bien ; mais si je vous entendais, je vous répondrais plus impertinemment.


SCAPIN, à part.

C’est un imbécille ; j’en profiterai. (Haut.) Est-ce que M. Cassandre est sorti, par hasard ?


NIGAUDIN.

Ce n’est point par hasard, monsieur ; c’est parce qu’il avait affaire.


SCAPIN.

Et mademoiselle Isabelle est-elle à la casa ?


NIGAUDIN.

Point du tout ; car elle est dans sa chambre.


SCAPIN.

C’est ce que je dis.


NIGAUDIN.

Eh bien ! dites donc ce que vous dites, de façon que j’entende… ce que je n’entends pas.