Page:Martin - Histoire des églises et chapelles de Lyon, 1908, tome II.djvu/383

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
361
saint-laurent

écusson les armoiries des Pupil, éclairait cet édifice sobrement décoré. Le plan de Simon Maupin indique, en outre, trois fenêtres sur le flanc méridional. Enfin une dernière porte, sans aucun caractère, s’ouvrait à l’occident, dans l’allée de la maison de Chaponay. Le clocher consistait en une muraille à deux arcades de huit pieds de hauteur avec faîtage de fer-blanc façonné en coquilles et en bourdons ; elle n’abritait qu’une cloche mise en branle au moyen d’une corde traversant la voûte et tombant dans la première travée à peu près en face du grand autel. »

À la notice relative à Saint-Jacquême, il convient de joindre un modeste oratoire dédié à la Sainte Vierge, sous le nom de Notre-Dame de la rue Neuve. Cette église n’a guère d’histoire, mais pour que le souvenir n’en soit point effacé, il nous a paru bon d’en donner ici une vue d’après le plan scénographique.

SAINT-LAURENT

Saint-Laurent de la Quarantaine, en 1550.

Aux notices sur les hôpitaux, se joint tout naturellement celle de Saint-Laurent, dont on dira peu de chose parce qu’il en a été incidemment question dans le premier volume, chapitre de la Charité. Saint-Laurent situé près des murs de la ville, à la Quarantaine, servait, comme le nom l’indique, à mettre en quarantaine, en observation, les mendiants,