Page:Martin - Histoire des églises et chapelles de Lyon, 1908, tome II.djvu/420

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
398
histoire des églises et chapelles de lyon

Barre et le cours Gambetta, on a enterré de nombreuses arches. Sur le pont s’élevait une poterne pour défendre l’accès de la ville, comme le montrent les anciennes gravures. Il s’y trouvait également une chapelle dédiée au Saint-Esprit et qui appartenait à Ainay. L’oratoire était desservi par un prêtre dépendant du clergé de cette église. On conçoit que sur ce pont la chapelle ne devait pas être grande ; elle n’était pourtant pas pauvre. Un document manuscrit contient un inventaire des objets mobiliers, des ornements sacrés et autres effets qui se trouvaient dans la chapelle et la sacristie. On citera seulement de nombreuses chasubles de diverses couleurs en soie et en laine, un dais, des tapis d’autel, des draps mortuaires, des ornements pour diacre et sous-diacre, des chapes en étoffes des Indes avec filet argent, une chasuble en soie de Florence, une lampe d’argent, un ostensoir du même métal, un calice et un ciboire également d’argent, un tableau représentant sainte Madeleine placé dans la sacristie et deux autres ornant l’église.

SAINT-CHARLES DE SERIN

Les Lyonnais connaissent tous la belle église Saint-Charles construite dans le quartier de Serin, près de la Saône. La paroisse fut fondée au milieu du xixe siècle et prise en grande partie sur Saint-Vincent et Saint-Bruno. Parmi les curés qui la dirigèrent on peut citer les noms de MM. Duperray et Merle. L’église provisoire ayant été démolie, le terrain fut vendu à la ville, qui, sur l’emplacement fit construire un groupe scolaire. À M. Cluzel revient l’honneur d’avoir construit l’édifice actuel, sur un emplacement généreusement donné par la famille Soulier.

À la mort de M. Cluzel, l’administration le remplaça par M. Carimale qui mil tous ses soins il meubler la nouvelle église ; il installa l’horloge, plaça une barrière au fond de l’église pour empêcher les vols, ajouta l’autel Saint-Joseph, œuvre de l’artiste Fabisch, orna le maître-autel de grandioses candélabres, l’église de tentures rouges et noires, enrichit enfin la sacristie de beaux ornements sacrés. Son successeur, M. Million, fit placer une garniture de marbre autour de l’église et, à l’intérieur, un chemin de croix artistique. Le mérite de la plupart de ces améliorations est dû à la générosité de M. Gillet père, le grand teinturier lyonnais.

L’église Saint-Charles est l’œuvre de M. Bresson, architecte ; elle est de style roman, et fut consacrée, en 1883, par le cardinal Caverot.

Au-dessus du porche, dans le tympan, un artiste a représenté Notre-Seigneur dans sa gloire et entouré des symboles des quatre évangélistes. À l’intérieur, l’autel de marbre blanc est décoré d’un bas-relief représentant saint Charles Borrhomée, archevêque de Milan, donnant la communion à des pestiférés. Le chœur est fermé par une table de communion en marbre blanc avec colonnettes noires et ornements eucharistiques.

À gauche se trouve la chapelle de la Sainte Vierge. L’autel de marbre blanc porte en