Page:Marx - Le Capital, Lachâtre, 1872.djvu/233

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


différence d’avec tout autre genre de contrat que celle contenue dans les formules juridiquement équivalentes : Do ut des, do ut facias, facio ut des et facio ut facias. (Je donne pour que tu donnes, je donne pour que tu fasses, je fais pour que tu donnes, je fais pour que tu fasses.)

Valeur d’usage et valeur d’échange étant par leur nature des grandeurs incommensurables entre elles, les expressions « valeur travail », « prix du travail » ne semblent pas plus irrationnelles que les expressions « valeur du coton », « prix du coton. » En outre le travailleur n’est payé qu’après avoir livré son travail. Or dans sa fonction de moyen de payement, l’argent ne fait que réaliser après coup la valeur ou le prix de l’article livré, c’est‑à‑dire dans notre cas la valeur ou le prix du travail exécuté. Enfin la valeur d’usage que l’ouvrier fournit au capitaliste, ce n’est pas en réalité sa force de travail, mais l’usage de cette force, sa fonction de travail. D’après toutes les apparences, ce que le capitaliste paye, c’est donc la valeur de l’utilité que l’ouvrier ici donne, la valeur du travail, — et non celle de la force de travail que l’ouvrier ne semble pas aliéner. La seule expérience de la vie pratique ne fait pas ressortir la double utilité du travail, la propriété de satisfaire un besoin, qu’il a de commun avec toutes la marchandises, et celle de créer de la valeur, qui le distingue à toutes les marchandises et l’exclut, comme élément formateur de la valeur, de la possibilité d’en avoir aucune.

Plaçons-nous au point de vue de l’ouvrier à qui son travail de douze heures rapporte une valeur produite en six heures, soit trois francs. Son travail de douze heures est pour lui en réalité le moyen d’achat des trois francs. Il se peut que sa rétribution tantôt s’élève à quatre francs, tantôt tombe à deux, par suite ou des changements survenus dans la valeur de sa force ou des fluctuations dans le rapport de l’offre et de la demande, — l’ouvrier n’en donne pas moins toujours douze heures de travail. Toute variation de grandeur dans l’équivalent qu’il reçoit lui apparaît donc nécessairement comme une variation dans la valeur ou le prix de ses douze heures de travail. Adam Smith qui traite la journée de travail comme une grandeur constante[1], s’appuie au contraire sur ce fait pour soutenir que le travail ne varie jamais dans sa valeur propre. « Quelle que soit la quantité de denrées, dit-il, que l’ouvrier reçoive en récompense de son travail, le prix qu’il paye est toujours le même. Ce prix, à la vérité, peut acheter tantôt une plus grande, tantôt une plus petite quantité de ces denrées : mais c’est la valeur de celles-ci qui varie, et non celle du travail qui les achète… Des quantités égales de travail sont toujours d’une valeur égale[2]. »

Prenons maintenant le capitaliste. Que veut celui-ci ? Obtenir le plus de travail possible pour le moins d’argent possible. Ce qui l’intéresse pratiquement ce n’est donc que la différence entre la prix de la force de travail et la valeur qu’elle crée par sa fonction. Mais il cherche à acheter de même tout autre article au meilleur marché possible et s’explique partout le profit par ce simple truc : acheter des marchandises au‑dessous de leur valeur et les vendre au‑dessus. Aussi n’arrive‑t‑il jamais à s’apercevoir que s’il existait réellement une chose telle que la valeur du travail, et qu’il eût à payer cette valeur, il n’existerait plus de capital et que son argent perdrait la qualité occulte de faire des petits.

Le mouvement réel du salaire présente en outre des phénomènes qui semblent prouver que ce n’est pas la valeur de la force de travail, mais la valeur de sa fonction, du travail lui-même, qui est payée. Ces phénomènes peuvent se ramener à deux grandes classes. Premièrement : Variations du salaire suivant les variations de la durée du travail. On pourrait tout aussi bien conclure que ce n’est pas la valeur de la machine qui est payée mais celle de ses opérations, parce qu’il coûte plus cher de louer une machine pour une semaine que pour un jour. Secondement : La différence dans les salaires individuels de travailleurs qui s’acquittent de la même fonction. On retrouve cette différence, mais sans qu’elle puisse faire illusion, dans le système de l’esclavage où, franchement et sans détours, c’est la force de travail elle-même qui est vendue. Il est vrai que si la force de travail dépasse la moyenne, c’est un avantage, et si elle lui est inférieure, c’est un préjudice, dans le système de l’esclavage pour le propriétaire d’esclaves, dans le système du salariat pour le travailleur, parce que dans le dernier cas celui-ci vend lui-même sa force de travail et que, dans le premier, elle est vendue par un tiers.

Il en est d’ailleurs de la forme « valeur et prix du travail » ou « salaire » vis-à-vis du rapport essentiel qu’elle renferme, savoir : la valeur et le prix de la force de travail, comme de toutes les formes phénoménales vis-à-vis de leur substratum. Les premières se réfléchissent spontanément, immédiatement dans l’entendement, le second doit être découvert par la science. L’économie politique classique touche de près le véritable état des choses sans jamais le formuler consciemment. Et cela lui sera impossible tant qu’elle n’aura pas dépouillé sa vieille peau bourgeoise.

  1. Ad. Smith ne fait allusion à la variation de la journée de travail qu’accidentellement, quand il lui arrive de parler du salaire aux pièces.
  2. A. Smith, Richesse des Nations, etc., trad. par G. Garnier, Paris 1802, t. I, p. 65, 66.