Page:Massé - À vau-le-nordet, 1935.djvu/100

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
98
à vau-le-nordet

vin, qui bredouille, une lettre qui s’oublie et ne sait pas garder sa place !

Mais encore une fois, et j’y insiste, il faut que la lettre se fourvoie de façon comique ; autrement, elle n’a pas plus d’intérêt qu’une ordinaire erreur typographique. En d’autres termes, la mauvaise impression doit produire une bonne impression ! On passe à la coquille les plus insignes malices, les pires incongruités, parce qu’elle est bonne enfant et que ses mots terribles ou ses écarts de langage sont spontanés. Il n’y a pas préméditation de sa part.

Elle a souvent, sans encourir une seule heure d’empoisonnement, fait vendre la justice et par un juge qui avait braillé au barreau !

Ainsi, personne ne garde rigueur à cette étourdie de son mauvais caractère ; elle est déjà assez punie de se mettre plus souvent qu’à son tour dans une mauvaise casse.

La coquille peut résulter de l’omission d’une lettre ou de la substitution d’une lettre à une autre. Voici quelques exemples de l’un et l’autre cas : du jus d’orage ; nos paysans ne manquent pas de curage (ce qui est littéralement exact, coquille ou pas !) ; un camée gravé sur une sardine ; il s’est tiré une balle dans la bête ; comme elle souffrait d’un sein flottant, elle s’était fait t aiter par un médecin habile mais sans su cès.