Page:Massé - À vau-le-nordet, 1935.djvu/175

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
173
la pointe-à-carcy, etc.

Les gens de par-en-bas ont conservé toute leur candeur pristine et, crainte d’une fausse manœuvre, se font toujours piloter de la Pointeau-Père à l’Anse-des-Mères.

          

Si les petites prunes blanches de Saint-Roch des Aulnaies savaient combien on les vend au marché Jacques-Cartier, elles rougiraient.

          

D’où viennent tous ces bigots puisque le trop fameux intendant n’a pas fait souche au pays, du moins souche légitime ?

          

Quel est donc le mauvais plaisant qui ose prétendre que l’urbanisme est une science inconnue dans la ville de Kébec ? Le Sieur Franquet, ingénieur du Roy, Directeur général des fortifications, écrit dès la date du 23 juillet 1753 :

« L’on serait d’avis que, tous les ans, le Roy accordât un fonds de huit à dix mille livres pour le redressement des rues et pour la formation des places publiques. D’autant qu’il est désagréable qu’une ville habitée depuis plus de cent ans, riche aujourd’hui et dont on a une si haute idée en France, conserve encore un air misérable. »