Page:Massé - À vau-le-nordet, 1935.djvu/54

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
52
à vau-le-nordet

Le 8 septembre, le capitaine, continuant à jouer des couldres, reconnaît l’île Bacchus qu’il apercevait pourtant pour la première fois. La saison des fraises étant passée, on se dédommagea sur le raisin qui y était abondant. On but du jus de la treille que ce fut une vraie ribote, comme l’on disait jadis. C’est dans cette circonstance que Cartier, un peu éméché, composa sa fameuse chanson « Ô Canada ! mon pays, mes amours ! ».

Le lendemain, l’équipage, comme on le conçoit, « avait la gueule de bois », dit la chronique. Un chef sauvage du nom de Donat Kona vint de la côte reluquer ces visiteurs et à la vue de leurs binettes, s’écria : « Quels becs ! » De là le nom de Kébec donné par les blancs à la bourgade dont Donat Kona était le maire.

Enfin, le 14 septembre, Cartier entra dans une rivière qu’il nomma Sainte-Croix. Chose étrange, ce cours d’eau a disparu par la suite. Dans le même lit coule aujourd’hui la rivière Saint-Charles.

Comme il n’y avait pas alors d’escalier de la basse à la haute ville, Cartier grimpa amont la côte jusqu’au faîte, endroit que tous les poètes ont par la suite appelé si originalement un « altier promontoire ».

Le navigateur malouin, dans la relation qu’il a laissée de ce voyage, loin de s’emballer sur la beauté du spectacle qui devait alors comme aujourd’hui se dérouler à la vue, est d’une sobriété camélienne.