Page:Massicotte - Dollard des Ormeaux et ses compagnons, 1920.djvu/60

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 62 —

mettre à la voile, il reconnut avoir reçu de la Compagnie de Montréal 79 livres en avancement des gages qu’elle lui avait assurés. (Belliotte, notaire.) » (Faillon ib., 557.)

Soulard

Prénom : Mathurin ; profession : charpentier.

Tout ce que l’on sait de lui, c’est qu’il était charpentier du fort et qu’il se noya avec Juillet, le 19 avril 1660.

Tavernier

Prénom : Jean ; âge : 28 ans ; profession : armurier.

Arriva en ce pays en 1653. « Nous ne connaissons ni les circonstances de son engagement ni le lieu de sa naissance. Le surnom de la Lochetière qu’on lui donnait à Ville-Marie pourrait faire soupçonner qu’il était venu des environs de Loches. Quoiqu’il en soit, Jean Tavernier, qui avait passé son contrat d’engagement ailleurs qu’à la Flèche, se rendit au lieu de l’embarquement, déclara le 20 juin 1653, devant le notaire Beliotte avoir reçu de la Compagnie de Montréal, 97 livres en avancement de ses gages, et signa de sa main cette déclaration. À Ville-Marie il se distingua par la sincérité de ses sentiments religieux et par son courage.[1] On ne doit pas le confondre avec un autre brave colon, également surnommé la Lochetière, déjà passé en Canada, où il avait donné des preuves éclatantes d’intrépidité et de valeur et qui s’appelait Étienne Thibault... » (Faillon ib., 559.)

Le surnom de « la Lochetière » ne lui est donné que dans l’acte de décès. Basset le nomme Jean Tavernier, sieur de la Forest dans deux actes de 1659.

Mgr Tanguay, volume I, page 560, le nomme Tavernier dit la Hochetière ainsi que l’abbé Faillon, volume II, page

  1. Cette réflexion est évidemment inspirée par la lecture du testament de Tavernier.