Page:Massicotte - Faits curieux de l'histoire de Montréal, 1922.djvu/122

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 123 —

du R. P. Le Jeune (1637), M. Sulte conjecture que les Iroquois d’Hochelaga furent détruits par une calamité quelconque, puis, qu’ils furent remplacés par une tribu algonquine, chassée, à son tour, par les anciens possesseurs du sol vers l’an 1590. [1]

Pour expliquer la disparition des fondateurs d’Hochelaga, plusieurs légendes racontent qu’une guerre fratricide éclata après le départ de Cartier et une tradition iroquoise résout le problème ainsi : « Si l’on peut en croire l’historien des Wyandotts, M. Peter Dooyentate Clarke, un descendant de cette tribu, les Senécas et les Wyandotts ou Hurons vécurent en paix, côte à côte à Hochelaga jusqu’à ce que dans un moment fatal, un rigide chef senécas refusa à son fils l’autorisation d’épouser une certaine fille. Celle-ci indignée, renvoya tous ses prétendants et jura de marier le brave qui tuerait le chef qui l’avait offensée. Un jeune Huron accomplit la tâche et conquit la demoiselle, mais les Senécas prirent fait et cause pour leur chef et attaquèrent les Hurons qui plièrent et s’enfuirent vers l’ouest.

  1. Sulte, Histoire des Canadiens-Français, II, 108