Page:Massicotte - Faits curieux de l'histoire de Montréal, 1922.djvu/175

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


11
L’époux s’écriait :
Ô ! ma chère épouse,
Quel malheur affreux
Nous y sommes tous ! !
C’est aujourd’hui notre fin
L’orphelin est sans soutien.


12
Pendant quelques jours
Au bord du rivage,
Les larm(es) coul(ent) toujours.
Dues à ce naufrage.
La nuit, avec sa frayeur,
Ne peut arrêter les pleurs.


13
Varenne(s) et Verchères
Ont eu la douleur
De voir sur leurs grèves,
Même à Contrecœur,
Plusieurs de ces pauvres corps,
Depuis longtemps étaient morts.


14
Je n’oublierai pas
Aussi Boucherville,
Ainsi que Longueuil
Près de notre ville.
Que Dieu bénisse, à jamais,
Ces paroisses pour leurs bienfaits