Page:Maupassant, Des vers, 1908.djvu/167

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


yeux
Tous les sentiers perdus de son corps merveilleux,
Cueillant ce fruit d’ivresse éternelle que sème
La Beauté dans ces flancs de déesse qu’elle aime,
Gardait au fond du cœur un long frémissement
Et, grelottant d’amour comme on tremble de fièvre,
Il la cherchait sans cesse avec acharnement,
Laissant tomber des mots éperdus de sa lèvre.