Page:Maupassant, Des vers, 1908.djvu/169

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Elle emplissait d’amour des troupeaux qui passaient,
Et les graves béliers aux cornes recourbées,
N’écoutant plus l’appel chevrotant du berger,
Et les brebis, poussant un bêlement léger,
Suivaient, d’un trot menu, ses grandes enjambées.